Imprimer

Quoi de plus naturel que de parler jardin en ce premier week-end de printemps ! Ce samedi 24 mars 2012, par une belle et chaude journée ensoleillée, Françoise DESMONTS nous a présenté sa conférence sur les Folies et Fabriques.

 

Dans le paradeisos perse ou le parc du château de Groussay, dans la villa d'Hadrien ou le palais d'été  de Pékin, nombreux étaient les nymphées, kiosques et autres belvédères.

À partir du XVIIIe siècle, dans les jardins à l'anglaise, dessinés par des peintres puis des paysagistes, le mot fabrique ne signifie plus seulement la représentation picturale d'un bâtiment mais une véritable construction utilitaire, décorative et surtout étape d'une promenade philosophique : pagode, pyramide ou chaumière sont propices au voyage imaginaire dans le temps et l'espace.

L'industrialisation démocratise au XIXe siècle ce type de jardins : les bois de Vincennes et de Boulogne, les Buttes-Chaumont offrent grottes, petits temples d'Amour et falaises artificielles.

Après les riches amateurs, les petites gens comme le facteur Cheval créent des « folies ». Les puits ou les brouettes de fleurs poussées par des nains ne sont-elles pas les fabriques du pauvre ?

Lors de notre prochaine promenade, nous aurons un autre regard pour ces « bâtiments incompris » comme les appelaient les surréalistes.

Jean-Claude D.

 

Vous pouvez télécharger gratuitement la présentation de la conférence : Presentation_Conference_Fabriques.pdf

 

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn