Salle GRELBIN « archi-comble » ce samedi 9 février 2019 pour la présentation commentée de trois films réalisés par un Triellois nommé Jean Saloz, passionné de cinéma, qui occupait ses loisirs à capter la vie quotidienne dans les rues de Triel avec sa caméra 16 mm, au milieu du siècle dernier.

ID632 02 Annees 50 a TrielPlus de 150 personnes ont investi le lieu, assis confortablement ou à même le sol, debout le long des murs, pour partager et véritablement communier, dans un silence souvent recueilli, ponctué d’élans d’enthousiasme et de commentaires bienveillants !
Jean-Claude Desmonts, amateur lui aussi passionné par l’image, avait bien travaillé en amont à l’accompagnement musical des trois films présentés, ID632 03 Annees 50 a Trieldont un seul avait été sonorisé par l’auteur, Jean Saloz, dont il ne manqua pas de souligner la maîtrise des plans, très modernes pour l’époque. Commentateur pour l’occasion, il s’attacha à détailler chaque séquence importante, en insistant sur les aspects les plus significatifs, bien connus de nombreux spectateurs, mais souvent nécessaires pour les Triellois de plus fraîche date.
C’est grâce à la volonté de partage de quelques collectionneurs que Triel, Mémoire & Histoire a pu faire numériser, par l’entreprise trielloise Les Films Biographiques, quelques-unes des œuvres de Jean Saloz et présenter trois d’entre elles au nombreux public présent : Folklore à Triel, Le nouveau Pont de Triel et celui qui fit la célébrité de son auteur, Mon Village au bord de l’eau.

ID632 01 Annees 50 a TrielLes fêtes folkloriques, le bac et la passerelle provisoires, le nouveau pont, le marché des bords de Seine, les fêtes religieuses, furent autant de sujets que l’infatigable cinéaste a fixés sur la pellicule. Ces films, qui illustrent avec une saisissante vérité la vie de notre petite ville au lendemain de la guerre, constituent d’irremplaçables et précieux témoignages. Soixante ans après, c’était pour les plus âgés de l’assistance, un concentré d’émotions qui donnèrent lieu à des échanges multiples et des récits de souvenirs personnels complémentaires des images et enrichissants.
C’est tard dans l’après-midi que les derniers spectateurs quittaient la salle à regret, non sans avoir partagé le verre de l’amitié et de belles retrouvailles avec leur passé.

Jean-Pierre Houllemare

Que ceux qui n’ont pu assister se rassurent : ils peuvent apaiser leur déception en commandant le DVD Les années 1950 à Triel sur la Boutique de TMH (10 €)

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn