Entretien de Dominique Aerts avec Robert Mallard, 83 ans, en juin 2011, au chantier naval, à Triel.

 ID415 01 Robert Mallard

 

ID415 02 Robert Mallard      La chasse aux canards

Une fois par an, était organisée par mes parents la chasse aux canards. Les nageurs devaient attraper des canards dont on avait coupé une aile ou déplumé une aile afin d’éviter qu’ils s’envolent. On disait à l’époque que c’était ¾ des canards pour les Mallard, car ils étaient bons nageurs. La photo date de juillet 1934, j’avais 6 ans. La chasse était ouverte aux hommes et aux femmes et on distribuait des récompenses. Elle avait lieu en même temps que la fête du Pont dans le pré, rive gauche.

ID415 03 Robert Mallard

La pesée du poisson

L’association de pêcheurs triellois organisait aussi chez nous, une fois par an, un concours de pêche. Sur la photo, on peut apercevoir le maire de Triel, Monsieur Urbin et en blouse blanche, M Cuissard, charcutier, ou M Portebois, épicier, lors de la pesée des poissons. On aperçoit la balance au premier plan.

On pouvait pêcher des brochets dans la Seine.

 

ID415 04 Robert Mallard

Après le pêche, l’ apéro géant

Le concours se terminait par un apéro géant, la tradition du concours a perduré même après la guerre

Les participants au concours de pêche défilaient dans tout Triel. Ils partaient en procession du restaurant « Chez Nous », 298 rue Paul Doumer, à la sortie de Triel et arrivaient rive gauche. Il y avait des musiciens, peut être appartenant à La Fanfare.

ID415 05 Robert Mallard

Louis François- Georges Assier - M Amaury

Certains participants se déguisaient.

Sur la photo, on reconnaît Louis François, père de Jean François, rue Paul Doumer, le peintre, Georges Assier et M Amaury.

.

ID415 06 Robert MallardID415 11 Robert Mallard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ID415 07 Robert Mallard

 

Beaucoup de jeunes de la région ont appris à nager chez nous.

 

ID415 08 Robert Mallard

Dans les bateaux en gardiennage, un des plus beaux, celui de Monsieur Howeman, de Verneuil.

En 1896, mes grands parents ont créé le chantier, le restaurant n’existait pas à l’époque. Il n’y avait que la buvette.

Pour le restaurant, on avait des serveuses. On faisait terrasse en été et un peu de restauration au 1er étage. Il a fermé vers 1974.

Darry Cowl, lors du tournage du film « le remorqueur », venait déjeuner chez nous.

Mon grand père, Victor, était normand, ma grand-mère, luxembourgeoise. Je suis né dans cette maison et j’ai appris le métier avec mes parents. M André Berthonnet, le père, faisait équipe sur le chantier et était copain avec mon père. On avait aussi des ouvriers pour le chantier.

Mon père est décédé en 1957 et j’ai continué avec ma mère.

On a connu de nombreuses inondations.

En 1945, l’eau a été à 10 cm en dessous de la crue de 1910. En 1955, la crue était 15 cm en dessous de celle de 1945, une des dernières est 1995.

ID415 09 Robert Mallard

La terrasse en 1995

On démontait les moteurs pour les mettre en hauteur.

Il me revient en mémoire une anecdote :

Jean Levistre dit Bouboul, qui tenait le Coq au Vin, ce n’était pas encore ce grand établissement, il n’y avait que la salle de gauche, s’est trouvé coincé à cause des inondations. Il est venu me voir, on était à moitié en froid, pour connaître l’adresse à Villennes, des vedettes qui faisaient le passage pour la piscine. Je lui ai dit : « tu regardes dans l’annuaire, tu vas le trouver ». Il me dit : « je suis emmerdé, j’ai, je ne sais pas combien de couverts pour le réveillon et avec l’inondation, c’est impossible. »

Et c’est moi, avec ma barque qui ai été chercher tout le matériel du Coq au Vin pour le ramener à La Frégate.

Le Coq au Vin a débuté sur une péniche échouée dans un champ abandonné. En 1910, les parents de M Levistre ont installé à la place, une buvette et ensuite un restaurant. Ses parents tenaient une pâtisserie au 161 rue Paul Doumer, devenue plus tard la charcuterie Boudet. Jean a repris le restaurant de ses parents, l’auberge de l’Ile Close devenu ensuite le Coq au Vin et son frère Guy a monté l’entreprise de pâtisserie derrière.

ID415 10 Robert Mallard

Le petit bac

Les passeurs, M Hallavant, Colleoni et mon père, Albert Mallard, avec la casquette et la moustache.

Les passeurs étaient de service tous les jours, en deux équipes.

Le tracteur de Robert Dupuis est tombé dans la Seine en voulant sortir trop tôt du bac. Il avait une remorque pleine de pommes de terre. Ils ont pu le ressortir sans trop de dommage de l’eau.

Il y avait des bateaux – logements amarrés chez nous. Les gens venaient le week end pour se reposer. Il y avait des passerelles et des terrasses au dessus. Maintenant, ça n’existe plus, ce sont des péniches habitations à l’année.

La maison de Véronique Sanson, la première sur le quai, au coin de la route de Verneuil, appartenait à M Pieller puis à Mme Jeanneton. Elle tenait la mercerie de la place de la mairie. La maison a ensuite été vendue à M Pick qui la louait à des militaires américains.

Le Castelet a été construit par le grand père de M Aymé, M Gersot. Les gardiens étaient les parents de Roger Guillon, Roger Guillon est le père d’Alain, Jean Marie et François Guillon.

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn