Installation à Paris

Il s'installa d'abord à l'Hôtel d'Orléans, rue Richelieu, près de la Bibliothèque du Roi (actuellement site Richelieu de la Bibliothèque Nationale de France) et suivit le conseil que lui avait donné John Adams : « La première chose à faire à Paris est toujours d'aller quérir un tailleur, un perruquier et un chausseur, pour cette nation qui a établi une telle domination sur la mode, que ni vêtements, ni perruques, ni chaussures fabriqués ailleurs ne pourront convenir à Paris. » Dans la semaine qui suivit, Jefferson acquit donc une nouvelle tenue, avec épée, ceinture, chapeau, chemises, etc... le tout pour la somme rondelette de 681 francs.

Il n'attendit pas plus de quatre jours pour aller rendre visite à Benjamin Franklin. Ce dernier résidait à Passy, à l'Hôtel de Valentinois, une spacieuse propriété édifiée sur un promontoire d'où les jardins descendaient en terrasse vers la Seine, avec une vue imprenable sur Paris. Les deux diplomates américains appréciaient de faire bonne chère à la française et au cours de son séjour, Jefferson multiplia ses visites, souvent agrémentées d'une table bien garnie. Bœuf, veau, mouton, volailles, légumes, desserts, rien ne manquait, pas même les bons crus sortis de la cave personnelle de Franklin, riche de plus de onze cents bouteilles.

Une semaine après, Jefferson déménagea sur la rive gauche pour un autre hôtel (comme le précédent, nommé hôtel d'Orléans), rue des Petits Augustins. En octobre, il reviendra Rive Droite, dans l'actuel quartier de la Chaussée d'Antin, pour loger à l'Hôtel de Landron, mais c'est surtout près de la Grille de Chaillot qu'il demeura durant l'essentiel de son séjour à Paris, à l'Hôtel de Langeac (au coin de l'actuelle rue de Berry et des Champs Élysées).

 

ID310 01-MonticelloSon séjour en France dura cinq ans et fut sans doute un des moments les plus mémorables de sa vie. Il y trouva la culture classique qu'il affectionnait tant, une architecture qui l'inspira par la suite pour sa maison de Monticello ; il aimait aussi la vie parisienne avec ses salons et ses théâtres. Il prenait plaisir à aller voir les pièces de Molière et de Racine, mais celle qu'il aima plus que tout autre fut Le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Enfin il adorait Paris pour les achats qu'on pouvait y faire : il acheta livres, meubles, ustensiles de cuisine, nappes, tissus,... Si bien que lorsqu'il rentra en Amérique, il rapporta avec lui quatre-vingt-six caisses bourrées de ses emplettes parisiennes ! Jefferson ne fut-il pas le premier touriste américain en France, le premier Américain à Paris ?

 

Jean-Claude D.

 

Sources

Ouvrages :

James M. Gabler - Passions-The Wines and Travels of Thomas Jefferson, Bacchus Press publications, 1995

Henry S. RandallThe life of Thomas Jefferson, New York, 1858

George Green Shackelford - Thomas Jefferson's travels in Europe, 1784-1789, Johns Hopkins University Press, 1995

Marie Kimball - Jefferson the Scene of Europe 1784 to 1789, New York, 1950

Albert Sutliffe - The Americans in Paris with names and addresses, sketch of american art, …, Paris, 1887

Edward Dumbauld - Thomas Jefferson American Tourist, University of Oklahoma, 1946

Claude Folhen - Jefferson à Paris, Perrin, 1995

 

Sites internet:

http://www.monticello.org

http://www.archives.com/genealogy/president-jefferson.html

 

Film :

James Ivory - Jefferson in Paris, 1995


 

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn