Une déposition attendue

Le lendemain, à la demande du président, Madame Davin mère fit son entrée. La salle bruissait de remarques étouffées : telle une sociétaire du Français, elle avançait avec une dignité presque méprisante, la tête haute coiffée d'un joli bibi agrémenté d'une voilette ; la bordure de fourrure de son manteau noir caressait ses chevilles. Elle leva délicatement sa voilette. Elle enlevait son long gant lorsqu'elle fut interrompue : «  C'est inutile : vous ne prêtez pas serment puisque vous êtes de la famille de l'accusé »

ID135_01-UnAvocatAlors Mme Davin remit lentement son gant et s'adressa au tribunal comme à des amis avec qui elle prendrait le thé dans son salon. Elle parla de son fils, son grand garçon qui lui causait bien des ennuis.

« Est-il vrai, madame, qu'il vous a confié en vous remettant le revolver : tu sais, maman, ce n'est rien de tuer quelqu'un.

- Oui, mais j'ai pensé qu'il plaisantait car posséder une arme me faisait un peu peur, pourtant à notre époque où les voyous sont rois, il faut bien se protéger !

- Votre fils a-t-il fait preuve de violence ?

- Oh ! non, monsieur le président, c'est un garçon très doux quand on sait le prendre. »

L'interrogatoire terminé, Mme Davin se tourna vers son fils à qui elle envoya un gracieux baiser du bout des doigts, essuya une larme, remit sa voilette et sortit avec une lenteur étudiée. Un murmure désapprobateur parcourut l'assistance qui n'avait guère été émue. On se souvenait de cette comtesse qui avait déclaré que l'infanticide commis par son fils n'était pas un délit si grave puisqu'il s'agissait de sauver l'honneur de la famille entaché par le fruit d'amours ancillaires.

Puis vint le tour des dépositions des médecins qui avaient expertisé l'accusé et avaient statué sur le cas de «  l'homme qui rit ». Tous le déclarèrent lucide, intelligent, non délirant et certifièrent son entière responsabilité. Toutefois, paradoxalement, ils le considérèrent comme un déséquilibré incorrigible.

Des experts en balistique déclarèrent que la balle fatale à Richard Wall ne provenait pas du revolver de Davin qui répliqua aussitôt que les experts se trompaient !

Le réquisitoire du substitut serait-il infléchi par la réponse à cette question : Davin était-il fou ?

A suivre

 

Françoise D.

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn