Imprimer
Superbe villa 1911 en meulières, établie sur un parc paysager de 15000m². Parquets et Boiseries. Nombreuses dépendances.

 

 

Voici comment un agent immobilier pourrait décrire cette propriété qui n'est pourtant pas la résidence secondaire de riches Parisiens ni le château d'un magnat de l'industrie ou de la banque.

 

Non, il s'agit de l'école normale d'institutrices de l'ancienne Seine et Oise, construite il y a cent ans par le ministère de l'Instruction Publique avec l'aide des instances locales. La loi Paul Bert, depuis 1879 seulement, oblige chaque département à édifier une école normale d'institutrices.

Plusieurs innovations ont procédé à la réalisation de cet établissement.

C'était la première fois qu'une ville qui n'était pas un chef-lieu de département était retenue.

L'architecture était très originale, le plan ne ressemblant guère à celui d'une caserne autour d'une cour carrée.

Enfin, le matériau, la meulière, lui donne l'aspect cossu de tant de villas bourgeoises des environs.

D'ailleurs, l'ensemble de cette cité scolaire a été classé.

On peut admirer le respect pour les futures normaliennes dont témoigne cette construction soignée où vont loger les pensionnaires, vestales du savoir, qui jouissaient de chambres individuelles spacieuses et se préparaient, dans un lieu calme et confortable, à former les écoliers de la IIIe République destinés à être «les missionnaires des idées modernes». Il est vrai que, selon Victor Hugo, « L'école est sanctuaire autant que la chapelle.»

Quelle fierté pour les jeunes filles, lauréates du concours qui promeut le sexe féminin et souvent, des élèves issues d'une classe populaire! La joie ressentie par une jeune Raymonde est bien compréhensible; elle écrit:«Je suis normalienne...Je rayonne maintenant... Hier soir, quand je suis rentrée, maman me croyait un peu folle.» Elle va apprendre, comme ses collègues, à appliquer cette recommandation de Jules Ferry:« Ce que vous allez communiquer à l'enfant, ce n'est pas votre propre sagesse, c'est la sagesse du genre humain.»

Françoise D

 

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn