ID493 03 Michel MortierEn 1925, Michel Mortier, homme de lettres, directeur du Théâtre des Capucines et fondateur du Théâtre Michel est décédé à Paris, à l’âge de 80 ans.ID493 02 Arbre genealogique Mortier Il a été inhumé à Triel-sur-Seine (Seine et Oise) le 5 mars 1925. Il a vécu quelques années, dans cette commune, avec son épouse, Charlotte Anne Lastand, qui était femme de confiance de Jean Isidore Moinot, propriétaire à Triel. Ce dernier, la femme de Michel Mortier et deux de ses enfants reposent dans le même caveau, dans le cimetière de Triel-sur-Seine.


Un article paru dans le Figaro-Théâtre salue un ami du théâtre :

L’âge, la retraite, la maladie furent sans prise sur lui. «Mon secret, disait-il, le voici : J’adore le théâtre». Aimer quelque chose plus que tout au monde, n’est-ce point le plus efficace des viatiques ? Michel Mortier aimait le théâtre comme on ne l’aime plus, avec une violence et un désintéressement admirables. Il lui avait consacré sa vie et n’avait pas été enrichi par lui. Il ne lui en voulait pas. Dès qu’il entrait dans une salle de spectacle, il laissait sa vieillesse au vestiaire.

Par sa naissance, Michel Mortier n’est pas destiné à une carrière d’homme de lettres et de théâtre.
Tout d’abord, son vrai nom est Michel Mortjé. Il est né le 7 avril 1845 à Amsterdam. Ses parents, Marcus Mortjé, diamantaire et Esther Salomon émigrent à Paris à une date inconnue.
Michel Mortjé prend le nom de Michel Mortier.
Il débute à bonne école, comme secrétaire d’Emile de Girardin, puis fonde, un journal qu’il appelle Le Bonnet de Coton ; et lui, journaliste de dix-huit ans, choisit des collaborateurs tels que Barbey d’Aurevilly, Théodore de Banville, Viellard .... Le programme du Bonnet de Coton se fait fort « d’ennuyer le plus possible les théâtres officiels », de raconter les indiscrétions du Boulevard, du grand monde et des bourgeois, et de défendre les hommes de lettres de l’époque : Leconte de Lisle, Villiers de l’Isle-Adam, José-Maria de Hérédia et Victor Hugo.
ID493 05 Adelina PattiAprès l’échec de son journal, Michel Mortier se fait imprésario et parcourt toute l’Europe et les Amériques, avec l’illustre cantatrice Adelina Patti, surnommée à la manière des divas La Patti. Elle interprète principalement les grands rôles de l’opéra italien mais aussi de l’opéra français.
Il rentre en France en 1870, pour prendre part à la guerre. Promu sous-lieutenant, il est blessé au champ d’honneur : il est frappé d’un éclat d’obus, au combat de Nanterre, le 10 décembre 1870.En 1912, il recevra des mains du commandant Albert Carré, la médaille de 1870, la médaille des braves et des patriotes.
Plus tard, il écrit de délicieuses chroniques dans le Gaulois et dans le Figaro, dirige et mène à la réussite le Théâtre des Capucines, véritable centre littéraire et mondain, qui fut honoré de la présence des rois Edouard VII, d’Alphonse XIII, des grands-ducs de Russie.
En 1908, il fait construire un théâtre qui porte son prénom, le Théâtre Michel, rue des Mathurins et y transporte les succès mondains et la vogue qu’il avait amenée au Théâtre des Capucines. La scène est inaugurée par Tristan Bernard avec une de ses meilleures pièces, Le Poulailler.
Dès son ouverture, le théâtre prend le parti d’une sélection de pièces de plus grande qualité qui tiendra l’affiche pendant des années.
ID493 01 theatre michelLe Théâtre Michel est victime de la crue de la Seine de 1910.
Le 28 janvier, le Théâtre Michel a pour 2000 francs de location. En revanche, il n’a pas de lumière, les services du secteur de Clichy qui lui fournit son éclairage sont inondés. Les abords de son théâtre, la rue de l’Arcade, la rue Saint Lazare, sont submergés. Si vif que fût son chagrin, M. Michel Mortier doit renoncer à donner Le Rubicon, comme le jour précédent.
Afin de venir au secours des plus sinistrés d’entre eux, les directeurs de théâtre organisent des quêtes dans tous les établissements parisiens. Elles produisent partout d’importantes sommes qui, centralisées au Gymnase, seront remises à M. le Préfet de police. Ces quêtes ne soulèvent aucune mauvaise humeur. Bien au contraire, les spectateurs donnent beaucoup et avec empressement.
Pendant plusieurs semaines, le Théâtre Michel est « délocalisé » : il occupe le Théâtre des Variétés dont la troupe est en tournée à l’étranger et en province.
ID493 04 Edouard BourdetLe 15 mars 1910, le Théâtre Michel retrouve ses locaux. Michel Mortier entend célébrer cet événement. C’est à une nouvelle inauguration qu’il convie son public avec Le Rubicon d’Edouard Bourdet.
En 1915, Roger Trébor associé à Lucien Brigon dirige le théâtre jusqu’à son décès en 1942. Le 22 décembre 1923, Elvire Popesco triomphe dans Ma cousine de Varsovie, un rôle écrit pour elle par Louis Verneuil.
La meneuse de revue Parisys succède à Roger Trébor.
En 1967, Jean Meyer, codirecteur du théâtre, depuis 1964 prend la direction pour quelques mois avec Josette Harmina avant d’être nommé à la direction du Théâtre des Célestins à Lyon.
En 1972, Germaine Camoletti et Marc Camoletti prennent la tête de l’établissement. Les comédies de Marc Camoletti triomphent pendant plusieurs années.
En 2004, Jean-Christophe Camoletti leur succède jusqu’en 2008 où l’auteur et metteur en scène Didier Caron reprend le flambeau.

Dominique Lemaître

Vous avez aimé cet article ... Faites-le savoir !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn