Imprimer

Localisation

Historique

Eugène SENET, Maire de Triel du 20 mai 1900 au 2 août 1906

Eugène Etienne SENET est né le 20 octobre 1850 et l’on peut lire sur l’acte du 21 : « ..., à quatre heures de relevé. Fils du légitime mariage de Joseph Etienne SENET, marchand boucher, âgé de 28 ans et de Marguerite Constance TREHEUX, son épouse, âgée de 28 ans, demeurant ensemble à Triel. Les témoins de cette déclaration sont Pierre CISLEY, propriétaire, âgé de 67 ans, grand oncle de l’enfant et Denis François TREHEUX, aubergiste de 52 ans. Et ont, le père et les témoins signés avec nous, Antoine LEGRAND, maire de la commune. »

Le père d’Eugène est né le 28 juillet 1822. Il est effectivement boucher à Triel et nous savons qu’il tenait son commerce au N°156 de la Grande Rue, comme le prouve les factures retrouvées de son successeur. Il s’intéressait également à la vie de la cité, où il est élu le 9 janvier 1881, en 16ème position et déclaré comme étant « propriétaire »

C’est en 1888 qu’Eugène SENET apparaît dans l’élection au Conseil Municipal. Il a obtenu 295 voix. M. LEGRAND est le nouveau maire, suite à la démission de M. VALLEE, le 23 novembre 1888.

Deux ans plus tard, le 28 novembre 1890, deux membres sont à désigner parmi quatre candidats. Eugène SENET est élu. Les adjoints du maire, M. LEGRAND, sont SOLROT et TREHEUX.

1895 : démission d’Ed TREHEUX, le deuxième adjoint. Au 1er tour du 17 mai 1896, BERTOUT et VALLEE obtiennent chacun 353 suffrages et Eugène SENET, négociant, est 8ème sur la liste avec 305 voix.

Le 28 novembre 1897, BERTOUT est maire, JF LECLERC Adjoint et SENET en 4ème position du tableau.

Le 6 mai 1900, 1er tour des élections pour désigner 21 conseillers municipaux. 733 inscrits et 550 suffrages exprimés.
Eugène SENET totalise 446 voix et est élu avec cinq autres triellois : GUILBERT, LEGRAND, VALLIN, HUCHE et SOLROT ; le 13 mai, 2ème tour pour élire les quinze suivants.

Enfin le 20 mai, c’est l’élection du maire : Eugène SENET, par 16 voix sur 19. Albert FRANCOIS est 1er adjoint et Louis Charles TREHEUX, second.

Ce mois de mai 1900 est bien chargé pour Eugène SENET, car
LE 13 MAI 1900, Par devant Maître Paul Placide BONNET, notaire à Triel, comparaissent Etienne Joseph QUILLE, négociant demeurant à PARIS, 20 rue des Juifs, et son épouse, Madame Félicité ADNET,
VENDENT par les présentes à Eugène Etienne SENET, propriétaire, demeurant à Triel...l’immeuble dont la désignation suit :
Une grande propriété située à Triel, entre la Grande Rue et la Seine, comprenant :

I PARTIE

1) Un grand bâtiment à droite en entrant, élevé de deux étages, grenier au-dessus, tourelle à l’angle,
2) Un autre grand bâtiment à gauche, élevé sur rez-de-chaussée d’un premier étage, grenier au-dessus et tourelle à l’angle,
3) Vaste cour entre ces deux bâtiments, s’ouvrant sur la rue par une grande grille et une porte bâtarde.
4) A droite, maison de jardinier et par derrière, basse-cour, écurie, poulailler, toit à porcs, étables, laiterie,
5) A proximité de la maison de jardinier, orangerie, basse-cour,
6) Grand jardin planté d’arbres fruitiers et d’agrément, renfermant serre et réservoir avec manège pour l’adduction et la distribution de l’eau dans la propriété,
-indépendamment des entrées donnant sur la cour, ci-dessous mentionnées, ce jardin ouvre sur la grande rue par une grille, et sur le quai par trois entrées, dont deux grandes grilles.

II PARTIE

Une maison distincte, donnant sur la grande rue, élevée sur vastes caves et renfermant :
Rez de chaussée, comprenant vestibule, cuisine, salle à manger, salon, à la suite et en élévation trois chambres à coucher et cabinets d’aisance,
Premier étage renfermant vestibule, grand salon et deux grandes chambres,
Second étage renfermant une chambre de maître et deux chambres de domestiques,
Grenier sur le tout, couvert en tuiles.

A côté de la maison et en façade sur la grande rue, un jardin clos de murs, un hangar, une basse-cour et cabinets d’aisance.
L’ensemble de cette propriété, d’un seul tenant clos de murs, présente une superficie d’environ deux hectares et tient par devant la Grande Rue...et par derrière la Seine, que borde le chemin de halage.

PRIX

La présente vente est conclue moyennant le prix principal de CENT VINGT CINQ MILLE FRANCS...
M. SENET, acquéreur, s’engage à payer à M. Quillé...en l’étude du notaire soussigné,...aussitôt après l’accomplissement des formalités hypothécaires, soit au plus tard dans les quatre mois de ce jour. »

REMARQUE : l’hypothèque prise en faveur de M. Quillé, vendeur ne fût levée que...cinq ans plus tard, le 26 mai 1905, date de la quittance définitive ! En effet une ancienne inscription au profit de sa sœur Marie Alexandrine Quillé en date du 12 juin 1875 en garantie de la vente de la propriété à son frère pour la somme de SOIXANTE MILLE FRANCS, somme convertie en rente annuelle et viagère de QUATRE MILLE CINQ CENTS FRANCS...
M. Quillé déclare que différentes difficultés ont retardé jusqu’à ce jour la mainlevée ...mais qu’il prend l’engagement de justifier à M. SENET dans le délai d’un mois de la mainlevée et de la radiation de ces inscriptions !

PRECISION : La description de la propriété SENET mentionnée dans cet acte laisse à penser que les deux premiers bâtiments cités ont été détruits – notamment pour l’élargissement permettant le tourne à droite vers Vernouillet – et seul le réservoir (la tourelle ?) subsiste ainsi que la maison du jardinier.
Quant à la propriété principale – décrite ici sous le N° II – elle a pu faire l’objet de modifications, notamment de toiture.
Notons également que le terrain allait au sud jusqu’aux propriétés de M. Portebois, épicier installé au 115 de la Grande Rue.

En 1904, Eugène SENET est maire et ses adjoints sont Alfred GUILBERT et Charles TREHEUX.

Le 2 août 1906, Charles TREHEUX succède à Eugène SENET au poste de Maire de Triel, avec pour adjoints LEGOY et Henri TREHEUX.

Le mandat 1906/1912 est marqué par plusieurs évènements : en 1907, la démission du Docteur BERTON ; le 17 mai 1908, Eugène SENET concentre sur son nom le maximum de voix, mais c’est Charles TREHEUX qui reste au poste de Maire (14 voix contre 5) avec LEGRAND et Henri TREHEUX comme adjoints.

Le 28 avril 1910, démission du 1er adjoint LEGRAND ; Henri TREHEUX le remplace et Joseph PION devient second adjoint.
Le 5 février 1912, démission du maire, Charles TREHEUX ; A la demande du 1er adjoint, on patiente jusqu’au 5 mai pour de nouvelles élections : Sur 910 inscrits, 701 votants : Eugène SENET rassemble 431 voix, GUILBERT 355, Henri TREHEUX 351, Charles TREHEUX 283 et DUBOIS...218 voix.

Le 12 mai, c’est Victor DUBOIS qui devient maire, avec GUILBERT et CORROYER aux postes d’adjoints.

L’année suivante, le 31 octobre 1913, à 8 h 15 du matin, Eugène SENET décède à son domicile, 121 Grande Rue, selon la déclaration de Paul CANTONNET, Docteur en médecine, demeurant 32 Boulevard Haussmann, gendre du défunt, et de Charles LEBLOND, cousin du défunt.

C’est sa veuve, Florentine Clémence Justine LECONTE qui fera don à la commune des 325 francs de Rente perpétuelle destinée à alimenter la bourse annuelle offerte à un jeune triellois méritant, fille ou garçon alternativement.