Imprimer

bateaux-lavoirs ET BAINS CHAUDS

Localisation

Historique

Renseignements recueillis dans l’inventaire après décès de Mme Pédron, survenu le 16 juin 1904.

Le 28 décembre 1903, M. Auguste Pierre Jules Thinard, maître de lavoir, demeurant à Triel et M. Emile Henri Jules Thinard, mécanicien de machine à bord du garde-côte cuirassé « Bouvines » en rade de Brest, ont vendu à M. et Mme Pédron un établissement de bateaux–lavoirs et de bains et 2 baux, un, le bail Guerrier, pour une portion de maison, rue Cadot et l’autre, le bail Chabrot pour un bâtiment à usage d’écurie et de remise, toujours rue Cadot.
En 1904, il existe à Triel, 2 bateaux-lavoirs appartenant à M. Eugène Alexandre Pédron, né le 30 septembre 1861 à Villennes, maître de lavoir et à son épouse Léa Eugénie Alexandre.
Ils se sont marié à Villennes, le 15 novembre 1890 et ont un fils, Fernand Pédron, né le 18 juillet 1891, à Poissy.

Le bateau-lavoir principal, situé entre la rue Cadot et la rue de Seine est formé de plusieurs embarcations :

1) Un bateau appelé « La Fraternité » renferme :
Une habitation : une salle à manger - une cuisine - une chambre avec une couchette en fer - une autre chambre avec une couchette en acajou
Un établissement de bains chauds : un couloir d’accès et 5 salles de bains composées pour 3, de baignoires en cuivre et 2 en zinc, d’une chaise par cabine, de menus objets, de thermomètres, de tapis de liège, de glaces, ...
Une buanderie : une grande cuve à linge – un réservoir à eau chaude et un, à eau froide – une pompe – une machine à vapeur – une chaudière à bouilloire.
2) Un bateau à laver composé de 2 parties jumelles :
64 baquets – 68 boîtes à laver – un œil de bœuf – 29 seaux en service - ...
3) Un quatrième bateau
Il sert de garage et contient un établi de charpentier, une meule à repasser, un lot d’outils de charpentier, 4 nacelles de pêche, 3 bateaux de promenade : une norvégienne et 2 petites barques, un ponton en chêne et des chaînes, des cordages, des amarres fixes et de rechange, des pieux.
Deux passerelles avec un escalier donnent accès au quai.

La deuxième installation est située à proximité de la rue Trousseline, elle comprend :

1) Un bateau buanderie : une cuve – une pompe – un réservoir - une chaudière
2) Un bateau à laver : 32 boîtes à laver – 33 baquets – 12 seaux

Une passerelle permet d’accéder au quai.

Dans une grange, rue Cadot, M Pédron entrepose du matériel, dont une vieille chaudière de rechange, et le charbon nécessaire au fonctionnement de l’établissement.

TMH – novembre 2015